MA VIE – MA FAMILLE – MOI.

           A l’instar du grand écrivain, André Frossard, j’ai, moi aussi, vécu cet extraordinaire moment où Dieu se révèle à nous pour nous donner la preuve irréfutable de son existence.

           C’est le récit de cet instant que je veux te donner, à toi qui souffres, tant il est vrai que c’est d’abord par le témoignage des autres que Dieu nous parle.

             Frossard, Michel et Saint Paul, trois vies totalement différentes qui se résument, cependant, à la même certitude qu’ils sont prêts à confesser à la face du monde:

« Jésus est Dieu, vivant parmi, en et à côté de nous dans l’invisible à chaque instant de notre vie. »

 « Il est le seul homme de l’Histoire ressuscité et actif depuis 2000 ans et à jamais ! » 

 ( C’est ma chahada à moi et  » il n’y en a pas d’autre! )

Et pourtant, qu’y a-t-il de commun entre:

Frossard, non baptisé, mélange, improbable, de mythologie grecque, judaïsme, protestantisme, catholicisme, communisme et athéisme,

Michel, baptisé catholique en cachette à l’âge de cinq an par une femme ne voulant pas froisser , je dirais plus l’irréflexion que l’incroyance de son nouvel époux,

et Saint Paul baignant totalement dans une foi juive rigoriste transmise dès son premier souffle et la vivant à chaque instant de sa vie d’adulte au point d’en devenir le Fouquier Tinville de son époque?

                Evidemment  » rien de commun  » me répondras-tu et pourtant,  » si!  » te dirai-je. Ce point commun c’est la recherche plus ou moins consciente pour chacun d’eux  de la vérité qui n’est pas un concept mais une personne qu’ils ont été obligés de rencontrer pour le croire vraiment

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie! »

               Leurs témoignages prouvent que c’est Dieu qui vient à nous dans sa grande miséricorde et non pas nos pauvres efforts qui nous font trouver la vérité. En effet, Frossard ne cherchait pas Dieu, Michel croyait au Dieu chrétien et Saul, avant de s’appeler Paul, ne croyait qu’au Dieu juif.

                 Or, malgré ces vies, on ne peut plus dissemblables, ils disent tous les trois, comme des millions d’autres, depuis 2000 ans, que c’est le dieu chrétien , venu à eux, qui les a totalement et instantanément convertis et transformés.

               Pour connaitre le témoignage de Frossard il suffit de lire son magnifique livre « Dieu existe je l’ai rencontré », celui de Saint Paul se trouve dans les écritures chrétiennes quant au mien le voici.

       C’est dans l’est de la France métropolitaine que j’ai vécu mes premières années, entre un père dont je n’ai jamais très bien su à quoi ou en qui il croyait, et, une mère catholique qui, elle, croyait en Dieu mais, par pudeur et pour ne pas déranger son époux, ne le montrait que par son assistance à la messe du dimanche matin.

          Lui, avait trouvé la perle rare, très belle, brune aux yeux bleus, intelligente, aimante et dévouée jusqu’au sacrifice, mais, veuve de guerre, mère de plusieurs enfants ce qui la disqualifiait, systématiquement, aux yeux des coureurs de jupons.                                                                                           Elle, elle avait ébloui l’ouvrier timide qu’il était. Un vrai taiseux de l’Est tel que Frossard les décrit. Sous cette carapace, elle avait su découvrir le grand coeur, l’honnêteté sans faille, la fidélité à toute épreuve, le travailleur infatigable, une autre perle quoi!                                                Tout naturellement, il prit en charge la progéniture du héros de guerre dont il admirait le sacrifice. En échange de quoi, pleine de reconnaissance et d’amour, elle lui offrit encore des enfants dont je suis l’aîné.

          Je peux dire que ces  « deux-là » s’aimaient mais d’un amour digne, discret, solide, sans aucune manifestation excessive tant la pudeur était encore de mise dans les années d’après guerre et regardée comme une qualité vraie ce qui ne semble plus être le cas aujourd’hui.

        Mes frères et soeurs plus âgés quittèrent le nid familial, très tôt, attirés par des pays de notre ex empire colonial.                                                         Tous professeurs de lycées, désireux de mettre en pratique un idéal altruiste construit au sein de notre famille discrètement chrétienne, ils partirent en coopération s’appuyant sur les idées politiques de gauche, insidieusement transmises par l’éducation nationale.                                            Ils en oubliaient, hélas, que s’ils étaient parvenus au niveau d’éducation éclairée qui était la leur, ils le devaient, non à la république marxisante, mais à leur discrète catholique de mère toujours prête à sacrifier son point de vue au bénéfice de l’harmonie familiale par amour pour eux et pour leur « Saint Joseph », mon père.

          Ce n’est pas la république qui a inventé l’école, ni même ce sacré Charlemagne, mais bien Saint Benoit d’Aniane et ses moines conseillers de l’empereur. 

            Ces départs furent, pour moi, une grande souffrance et sans qu’ils l’aient jamais su leur petit frère d’environ dix ans priait déjà beaucoup pour eux.                                                                                                                        J’étais un enfant de tempérament actif mais calme aimant surtout le sport pas belliqueux mais sachant « faire le coup de poing » les rares fois ou je l’ai estimé nécessaire. J’avais le caractère d’un chef mais déjà je voulais devenir un doux à l’image de Jésus.                                                                 J’avais hérité de mon grand père paternel le don du dessin que nul autre ne possédait dans la famille. Il m’arrivait de me retirer du monde durant des heures entières pour dessiner ou peindre, oubliant parfois d’en manger.                                                                                                                          Mon coeur débordait d’amour à donner et je le montrais surtout à ma mère à laquelle j’obéissais « au doigt et à l’oeil » la couvrant de bouquets de genêts ou de « boutons d’or » cueillis dans les près entourant la maison où nous étions locataires.

              A 7 ans je fis ma première communion.

              A 9 ans je reçus la confirmation.

             A 13 ans, en pleine conscience, je jurai fidélité au christ lors de ma communion solennelle, devenue depuis profession de foi. Ce serment à Jésus, prononcé devant toute l’assemblée , fut, pour moi, une véritable déclaration de guerre à Satan.                                                                                                                                            Je me sentais, tel un chevalier, prêt à en découdre, les armes à la main, face à mon seul ennemi, l’Ange des Ténèbres, car je n’avais aucun doute, il existait même si je ne le voyais pas.                                                                Dès ce jour, je décidai d’adopter comme règle de vie le respect des « dix commandements » enseignés par l’Eglise.                                                   Malgré cela, rapidement, je ne me rendai plus à la messe du dimanche et j’abandonnai toute forme de pratique religieuse.                                  Il faut dire que ma mère, elle même, traumatisée par la mise en application des réformes de Vatican II ne remit plus les pieds à l’église durant de longues années. Je la vis revenir un jour de la messe le visage inondé de larmes et le coeur déchiré par la souffrance. Elle nous déclara en pleurant:

« Ils veulent nous faire devenir protestants! »

            Consterné, car je n’avais jamais vu ma mère pleurer ainsi, ce fut la mise à mort de ma pratique religieuse. Je ne me rendis pas compte que je rejoignais ainsi le grand troupeau de ceux qui se disent croyants mais non pratiquants.

      Ont-ils compris le mal qu’ils ont fait, dans les âmes de leurs fidèles, ceux qui après 1965, ont révolutionné non seulement la liturgie mais aussi semé le doute dans l’esprit de millions de personnes sans le moindre égard pour leurs fidèles, eux qui, aujourd’hui encore, chefs religieux, voire évêques ou leurs disciples, se targuent d’idées généreuses et tolérantes envers les autres religions?

       Arriva l’heure, pour moi, d’entrer dans la vie active après avoir difficilement obtenu mon baccalauréat.                                                                       Quelle peur! Quel effroi! Qu’allais-je faire! Quel métier choisir sans aucune qualification?                                                                                                 Je n’avais jamais oublié Jésus, mon seul Ami, auquel je parlais régulièrement, tel que les prêtres me l’avaient enseigné. Alors, je me remis à prier un peu plus souvent. Je priais plus spécialement pour le repos de l’âme du premier mari de ma mère, mort en martyr de la résistance, torturé puis fusillé par les nazis.

            Après avoir exercé quelques petits boulots, je quittai la ville de mon enfance pour suivre des études dans une métropole régionale. Nouvelle épreuve et grande souffrance car je laissai derrière moi mes parents à l’âge où j’aurais, enfin, pu communiquer sérieusement avec eux.

          Trois ans plus tard, à Paris, lors d’un stage pratique dans la rue, une vieille femme nous aborda pour nous offrir une « médaille miraculeuse » disait-elle.                                                                                                                     Très occupé, je pensais qu’il s’agissait encore d’ un de ces « grigris » de magnétiseur vantés dans certains journaux.                                                   Tandis que je m’apprêtais à passer mon chemin, je l’entendis préciser qu’il s’agissait d’une médaille de la vierge Marie apparue à Paris et que des policiers sur lesquels on avait tiré avec des armes à feu, avait été protégés.                                                                                                                      Ce que je venais d’entendre me suffit pour lui en demander une, moi qui avait pour Marie un amour filial total.  Fièrement, elle me la remit sous les regards narquois de mes compagnons.                                                        Les colibets fusant de toutes parts, je m’adressai mentalement à la vierge en lui promettant de ne pas rougir de ma foi et d’en témoigner plus franchement encore.                                                                                                  Immédiatement, je rappelai la dame qui se perdait déjà parmi les badauds.                                                                                                                         Ravie, elle revint vers moi en fendant la foule tel un brise glace l’eut fait de la banquise.                                                                                                    Je lui répondis d’un sourire entendu, et, d’un ton moqueur, à haute voix, je lançai à l’adresse  des sceptiques :

                               « J’en prends deux! On sait jamais! Ca peut servir! »

                    Dans sa main ouverte je voyais luire la pépite d’or.

         A la fin du stage, j’intégrai l’énorme service de sécurité d’une grande Société Privée. Jouissant d’une liberté certaine dans mes prises de décisions, j’avais autorité sur de nombreux employés et toute une équipe de cadres moyens.

           Dès mes débuts, soucieux de diriger dans le respect de mes valeurs chrétiennes et aussi pour les transmettre à d’autres, le cas échéant, je m’aperçus  que personne ne me comprenait.                                                               Plus j’allais vers eux, désireux de les aider, de les former, d’en faire des collaborateurs heureux à défaut d’amis, je me retrouvais face à des hommes et des femmes pareils à ceux rencontrés sur les bancs de l’école et dans mes précédents boulots, méchants, veules, tristes, hostiles, menteurs, égoïstes, soupçonneux, indifférents aux autres et au sort de l’entreprise etc…etc…                                                                                                   Bien sur, prudent, je n’affichais pas ma foi et eux ne me voyaient que comme « monsieur tout le monde ». Un peu plus gentil pour certains, un peu plus naïf pour d’autres, je n’en restais pas moins « le chef » dont il fallait avoir la peau et se méfier, en permanence, car il ne pouvait être qu’un menteur à la solde du patron.

             Le soir, je rentrais chez moi, où je vivais seul car je m’interdisais toute relation sexuelle avec une femme qui ne souhaiterait pas devenir la femme de ma vie. C’était à la fois un idéal romantique et le respect de ma foi chrétienne qui fait du corps le plus beau cadeau que l’on puisse vraiment offrir à l’être aimé.                                                                                      Je souffrais beaucoup de cette solitude me demandant parfois si j’étais normal, alors que tous les autres profitaient de la vie comme ils disaient.                                                                                                                       L’éloignement de ma famille faisait peser sur mes épaules une solitude encore plus pénible car ni parents, ni frères, ni soeurs ne prenaient jamais de mes nouvelles et ne venaient jamais me voir.                               Que de fois j’ai pleuré, le soir venu, priant le Seigneur de les bénir tandis que je mourrais, peu à peu, de leur indifférence involontaire…

ECRITS POUR TOI QUI SOUFFRES

I) DIEU existe, je l’ai vu…

        Peu importe qui je suis, peu importe si l’on ne me croit pas, peu importe si l’on me donne tort d’écrire ce que j’ai vécu mais je ne voudrais pas quitter cette « vallée de larmes » sans avoir pu aider, par mon témoignage, ne serait ce qu’un ou deux de mes frères humains, car, moi aussi, j’aurais eu besoin d’aide, à une certaine époque de ma vie, mais je n’ai trouvé personne, personne, personne………...pas même un prêtre.

Je n’ai trouvé pour m’aider que Dieu, les humains étaient aux  

 « abonnés absents ».

        Sont-ils condamnables pour autant ? Non, car aujourd’hui je sais qu’ils ne pouvaient rien pour moi. En effet, la vie et la Providence m’ont appris que :

Riche, pauvre, solitaire ou entouré d’amis, face aux vraies questions l’on est toujours seul.

Alors, que faire? Comment comprendre? Quel chemin choisir?  Qui croire?

        C’est ce que je me propose, au fil des jours, dans ce blog, de vous aider à clarifier en précisant que tout n’est que le fruit de ma propre expérience et n’engage personne d’autre que moi. J’espère aussi obtenir de vous de nombreuses contributions à la résolution de tant de questions que je me pose encore mais qui ne m’empêchent plus d’être heureux, car aujourd’hui je suis plus loin que celui qui croit:

                                                          je sais….

         Je ne vous imposerai qu’une biographie, succinte, car trop longue, elle n’intéresserait personne même s’il me faudra, parfois, vous donner quelques informations. Non, ce que je voudrais vous expliquer c’est comment j’ai vécu les différentes phases de ma vie sans  me rendre compte, qu’en réalité, je vivais la seule aventure qui vaille la peine d être vécue celle du

COMBAT SPIRITUEL, véritable clé du Bonheur.

           Vous êtes tous en train de le vivre ce combat, mais hormis ceux qui l’ont délibérément choisi, les autres vous ne le savez pas ou vous refusez de croire à sa nécessité. 

II) Pourquoi choisir de rester anonyme?

    – pour ne pas être accusé de manquer d’humilité.

   – pour permettre à mes proches de lire et dialoguer avec moi  en               toute    liberté ne sachant pas que je suis l’auteur de ce blog.

III) Pourquoi choisir d’écrire?

   – parce que comme moi vous avez tous remarqué qu’un dialogue face        à face ne se termine jamais dans la sérénité ou si rarement.

 – parce dans un entretien verbal l’on veut imposer ses idées et même      si ce n’est pas le cas l’on n’attend jamais la fin du raisonnement de       l’autre oubliant l’idée importante qu’il vient d’émettre etc…etc…

 – pour conserver des archives, les paroles s’envolent mais les écrits         restent et permettent de méditer, de revenir sur ses pensées etc…

 – parce que je n’ai pas encore trouvé un témoignage semblable à celui      que je veux donner et je crois qu’il peut rendre service à tous.

IV) Quelques précisions nécessaires:

 – Je n’ai aucun titre universitaire.

– je ne suis pas écrivain.

– je ne suis pas professeur, ni de théologie, ni de psychologie…ni de        français ( excusez donc les futures fautes de toutes sortes… )

– je ne suis pas alcoolique.

– je ne me drogue pas.

– je ne suis membre d’aucune secte.

V) Pour conclure;

           Je dirais que je voulais m’adresser d’abord à tous ces jeunes qui, comme moi à leur âge, vivent correctement, avec des revenus décents, une profession qui leur plait, plus ou moins, quelques copains ou pas, mais qui un jour se posent les vraies questions:

                   « à quoi je sers? qu’est-ce-que je fais sur terre? »

         Personne ne s’occupe de ceux-là, ni les assistants sociaux dont ce n’est pas le réel travail, ni les prêtres qu’ils ne fréquentent plus, ni la famille qui les croit heureux, ni les grands ou petits chefs des entreprises trop occupés à les faire  » bosser  » pour eux. Non, ils sont oubliés de tous car l’on ne voit pas leur souffrance qu’ils cachent et lorsqu’ils se suicident nous sommes tous étonnés et catastrophés.

Mais qui est le responsable ?

« TOI qui souffres d’un mal que tu ne connais pas ou l’AUTRE qui ne voit rien » ?

          Quoi qu’il en soit, la souffrance ne s’attaquant pas qu’à une seule catégorie de personnes, j’espère pouvoir apporter, à TOUS, matière à réflexion et peut-être réconfort et solution à certains problèmes existentiels.